Les champs indiqués par une * sont obligatoires

27 RUE GODEFROY, LYON 6ÈME

Peeling

Un peeling a pour but de provoquer une desquamation de la peau, c’est à dire de la faire peler de façon plus ou moins importante. Cette desquamation va dépendre du type de peeling réalisé. En fonction de la profondeur d’action, on distingue :

  • les peelings moyens
  • les peelings superficiels

Les peelings superficiels :

Il vont agir au niveau de l’épiderme et du derme superficiel en éliminant les cellules mortes, en désobstruant les pores, diminuer la sécrétion de sébum et avoir une action sur la luminosité de la peau. Ces peelings peuvent intéresser presque tous les patients mais particulièrement les peaux jeunes à tendances grasses ainsi que les peaux masculines qui sont plus épaisses. Pour les peaux les plus fragiles et les plus fines, les concentrations et la fréquence doivent être moindres. L’hydratation post peeling est essentielle. Les peelings superficels sont à base d’acide glycolique. Ce dernier est le plus petit des acides AHA (acide alpha hydroxylé ou acide de fruit), il provient de la canne à sucre. L’acide glycolique pénètre facilement dans la peau et améliore sa texture et son aspect. Il va aller couper les liaisons entre les cellules. Les cellules superficielles vont donc être éliminées en tombant une à une; il n’y a habituellement pas de desquamation: on ne pèle pas. Il peut être couplé avec l’acide salicylique qui lui, vient du saule. Il a un effet kératolytique bien connu en dermatologie. Il va aussi améliorer l’hydratation de l’épiderme. L’acide lactique, encore un autre AHA, pourra aussi entrer dans la composition des peelings médicaux. Il présente aussi une action kératolytique, humectante mais il a aussi une légère action dépigmentante en agissant sur la tyrosine. Les couches plus profondes, plus jeunes apparaissent et la peau présente un aspect plus frais. On parle aussi de coup d’éclat, la peau est plus nette et les points noirs sont disparus.

J’ai l’habitude de parler à quasiment tous mes patients de l’importance des peelings superficiels dans le cadre d’une prise en charge globale en esthétique. La peau est un organe et il faut maintenir l’équilibre parfait du renouvellement cellulaire, tout en la protégeant. Pour cela, les soins médicaux doivent être complétés par des cosméceutiques à domicile. La texture de la peau est aussi importante que la disparition des rides et la restauration des volumes.
L’acide glycolique, mais aussi l’acide lactique, l’acide salicylique ont plusieurs actions sur la peau. Pour les patients jeunes, les peelings permettent de limiter les poussées d’acnée, les comédons, les micros kystes car ils ont une action exfoliante. Pour les fumeurs, les hommes chez qui la peau est plus épaisse, ces peelings augmentent l’activité des cellules dermiques, la peau est plus belle et reflète mieux la lumière. Ils augmentent la synthèse d’élastine et de collagène, la peau est plus élastique.

Pour les peaux plus matures et fragiles, l’acide glycolique doit être en concentration plus légère afin de ne pas irriter la peau. L’acide glycolique est aussi une sorte de vecteur, il facilite le passage d’autres principes actifs dans la peau qui seront présents dans des cosméceutiques conseillés (vitamine C, rétinol, acide hyaluronique etc…).

Pour les peaux plus matures et fragiles, l’acide glycolique doit être en concentration plus légère afin de ne pas irriter la peau. L’acide glycolique est aussi une sorte de vecteur, il facilite le passage d’autres principes actifs dans la peau qui seront présents dans des cosméceutiques conseillés (vitamine C, rétinol, acide hyaluronique etc…).

J’ai l’habitude d’initier les peelings au cabinet car les concentrations des peelings médicaux sont plus élevées (30%, 40%, 50%). Un à deux rendez-vous, espacés de 15 jours environ sont à prévoir au cabinet mais il est important ensuite qu’il y ait un relais à domicile. Il faut que les AHA fassent parties du rituel de la toilette. Pour cela, il existe des gammes disponibles en parapharmacie: (Neostrat, Eneomey, Dermaceutics etc…).

Ces laboratoires proposent plusieurs gammes avec des galéniques et des concentrations de principes actifs (5%, 10%, 15%) qui s’adaptent à tous les types de peaux: gels moussants, masques, gel à appliquer sur la peau. Il faut les appliquer en faible quantité mais régulièrement: c’est à dire tous les jours. La régularité est primordiale afin d’être efficace.

Les peelings superficiels affinent la peau donc elle sera plus fragile. Il faut éviter la région périorbitaire car trop fragile et il ne faut surtout pas oublier une protection solaire.

Les peelings moyens :

Les peelings moyens vont atteindre le derme papillaire et impliquent une éviction sociale de 3 à 7 jours en fonction de la profondeur. Le derme papillaire est la couche où se trouvent les cellules qui renouvellent la peau en se multipliant. La peau va desquamer, le patient pèle comme après un gros coup de soleil. Ces peelings vont homogénéiser le teint, éliminer les tâches les plus superficielles et les très fines ridules et traiter l’héliodermie des patients qui se sont beaucoup exposésaux UV. Ils sont proposés uniquement aux peaux claires car il y a un risque d’hyper pigmentation post-inflammatoire. On utilise du TCA: acide trichloracétique. Cette molécule ne se retrouve pas dans la nature, elle est fabriquée en laboratoire. Sa concentration varie de 18% à 50% en fonction du soin proposé. Cet acide va dénaturer (coaguler) les protéines de la peau qui prend une couleur givrée ou blanche lors du traitement. Il n’y a aucun risque allergique et il n’est pas toxique car il ne permet pas dans le sang. Les suites sont simples mais imposent une éviction : desquamation et un érythème transitoire. On ne propose ces peelings que pendant l’hiver, à distance du soleil, pour les peaux matures.

Les peelings au rétinol :

Je propose les peelings à l’acide glycolique aux patients avant 40 ans et les peelings au rétinol aux peaux plus matures et plus endommagées.
Le Rétinol est la VITAMINE A, il est fabriqué par l’organisme à partir d’aliments gras. La vitamine A est présente sous trois formes; le rétinol, le rétinal et l’acide rétinoïque. Il a été dans un premier temps utilisé comme médicament contre l’acné. Mais ensuite, ce principe actif a montré ses 4 effets majeurs contre le vieillissement cutané: amélioration de l’hydratation, dépigmentant avec son action sur la tyronise, affinement des ridules et augmentation de la synthèse d’élastine. Le rétinol est donc parfait pour les patients à partir de 40 ans, si la peau n’est pas trop fragile. Je le conseille en cosmétique: (Skinceuticals Retinol 0,3%, Laroche Posay Redermic R, Dermaceutics Activ Retinol 0,5 ou 1%).
Pour les peaux les plus atteintes, je prescris une crème à base de Trétinoïne. Elle doit être appliquée en petite quantité mais régulièrement. Elle va provoquer, les 3 premières semaines, de fines desquamations, puis la peau va s’habituer à cette molécule et il n’y aura plus de desquamation. Si des rougeurs apparaissent, il est important d’espacer les applications. Là encore, c’est la régularité dans le temps qui permet d’obtenir les plus beaux résultats. L’application d’une protection solaire ainsi qu’une crème hydratante sont primordiales.

mattis id ipsum diam libero. accumsan